Je m’appelle
Garniouze Inc.

© Marc Ménager

Samedi 3 juin > 3 représentations entre 9h et 13h
Marché de Capdenac

Au cœur du marché de Capdenac, en trente minutes et devant une sucette publicitaire, Christophe Lafargue (Garniouze) évoque sur la base d’un texte emprunté à Enzo Cormann, cent ans de guerre économique et de condition ouvrière. Trente minutes pour crier les luttes et dire l’état du monde. Garniouze est à la fois Emilien Casselage, Ramon Rodriguez, Lucien Bonnefard, Karim Beklacem... Ils sont nés au XXème siècle à Rodez, Tolède, Béziers, Fossur-Mer, Belfast… Tous ont des histoires singulières et des vies façonnées par le labeur.

Après avoir brillamment exploré le texte Les soliloques du pauvre écrit en 1897 par Jehan Rictus (que vous avez découvert avec le spectacle Rictus), Christophe Lafargue s’attelle dans cet oratorio à la valeur « travail » et ses soi-disant vertus émancipatrices. Une invitation à poursuivre nos luttes ?

Artiste accueilli en résidence de création du 17 au 24 novembre 2016 à Leyme, en partenariat avec les Services culturels du Grand-Figeac.
Spectacle accueilli avec le soutien du réseau En rue libre Midi-Pyrénées.

>> Qui est Garniouze ?
Christophe Lafargue, dit Garniouze, a fait son nom dans le milieu des arts de la rue depuis une vingtaine d’années déjà… Après avoir co-fondé la compagnie Okupa Mobil en 1992, après avoir participé à plusieurs créations de Phéraille de la compagnie Le Phun, il est parallèlement « regard extérieur » et/ou metteur en scène pour diverses compagnies (Carnage productions, Sacékripa,…).Ilintervient aussi régulièrement pour Clowns sans frontières et Clowns d’ailleurs et d’ici…
Depuis quelques années Garniouze officie également en tant que chanteur dans le groupe de rock Georges profonde.
> Son site à visiter, par ici !