Une raclette
Compagnie Chiens de Navarre

© Balthazar Maisch

Samedi 2 juin > 17h15
Dimanche 3 juin > 15h45
Salle Atmosphère

Mais où sommes-nous tombés là, qui sont ces voisins réunis pour pendre une crémaillère ? Quel est ce dîner aux allures si communes, avec ses petites conventions de politesse qui finira en dérapages jubilatoires et libératoires ? Pour découvrir le travail des Chiens de Navarre, préparez-vous à accepter l’idée d’une déconstruction totale du théâtre – au propre comme au figuré– pour découvrir une proposition joyeuse, débridée et foutraque. Car le fromage fondu de cette improbable raclette ne suffira pas à rassasier l’incroyable appétit de ces huit formidables acteurs. Avec notre complicité, ils avalent et vomissent tout ce qu’ils ont sous la main : le théâtre bourgeois et ses conventions, la société et ses petites hypocrisies. Le tout avec la bouche pleine, les miettes, les éclaboussures. À découvrir absolument !

Attention
Une rencontre en bord de plateau sera animée à l’issue de la représentation du 2 juin par Etienne Charasson de l’association Lectures&Lecteurs (Saint-Pierre-Toirac, 46).

Spectacle accueilli avec le soutien de l’Office National de Diffusion Artistique (ONDA)

La compagnie
Jean-Christophe Meurisse mène avec sa compagnie les Chiens de Navarre une démarche théâtrale basée sur l’improvisation et la transgression des codes, un théâtre d’aujourd’hui qui se nourrit de nos vies ordinaires, s’inscrit dans l’actu, oscille entre réalisme tapageur et dérives tous azimuts, empruntant au trash comme au burlesque. Les Chiens de Navarre n’aboient pas, ne mordent pas (d’où vient ce nom de compagnie bizarre ?) mais ils vous retournent les sangs c’est sûr ! En quoi faisant ? Du théâtre, si, si, rien que ça ! Mais disons qu’ils le font la rage au ventre, dépeçant la représentation de ses habits habituels : conventions de jeu, frontières du plateau, quatrième mur. Tout le tralala vole en éclat et pourtant cela reste du théâtre qui vous emporte, vous fait circuler d’une émotion à une autre, du rire franc à la gorge nouée, et injecte une dose jubilatoire de surprises. Sur le plateau, ça danse, ça chante, ça s’empoigne, ça se désire, ça s’interpelle, bref, ça exulte dans toutes les directions et pourtant on ne se perd jamais en route. Les comédiens n’ont peur de rien, pas de limites, pas de complexes et s’amusent énormément et nous avec. Ils n’ont pas la langue dans leur poche et ce qu’ils ont à dire mérite d’être entendu.


Portfolio